top of page
cie-itinerrances-le-labyrinthe-de-l'oie.webp

Le labyrinthe de l'oie

Duo dansé et raconté pour les tout-petits sur la thématique du Jeu
fond-texte.png
« Le seul véritable voyage n’est pas d’aller vers d’autres paysages mais d’avoir d’autres yeux » Marcel Proust

Création jeune public 2024 - Public : à partir de 6 ans
Duo Danse et Arts Plastiques sur la thématique du jeu

Conception : Christine Fricker
Danseuses ( 2 duos en alternance ) : Alice Galodé / Aude Cartoux - Julia Poggi / Jessy Coste
Écriture de la comptine : Julia Poggi
Textes et voix off : Jérôme Beaufils
Scénographie : EL MARTINE
Costumes : Nicole Autard

Entre imaginaire et réalité, chaque enfant sera invité à être, tour à tour, observateur ou acteur, meneur ou suiveur, chorégraphe ou interprète.

En préambule un rituel sera instauré dès leur entrée pour les mettre dans l’attention à eux-mêmes et aux autres, ils seront initiés à nos règles de jeux.

 

Pour la partie spectaculaire, les enfants seront les témoins de danses très visuelles avec manipulations d’objets, inspirés de la culture graphique japonaise traditionnelle, comme une invitation à l’expérimentation pour bouger les imaginaires.

Le concept participatif


Cette pièce sera jouée par un duo de danseuses, elles feront équipe avec une classe de CP ou CE1/CE2 . En amont il sera proposé des ateliers dans l’école pour initier les élèves à nos protocoles pour qu’ils puissent, le jour du spectacle, inter-réagir avec elles en toute liberté et fraicheur.

Les enfants vivront une expérience fondatrice qui amène des valeurs telles que l’engagement, le plaisir de partager, le respect des propositions de chacun-e. Ils seront au coeur d’un processus de création. 

Une aventure artistique autant qu’humaine où artistes, enfants et enseignant-es se nourrissent réciproquement.

le-labyrinthe-de-l'oie-cie-itinerrances (6).jpg

Un espace/temps pour observer, tester, écouter et inventer. Il s’agira d’apprendre en s’amusant et de s’amuser en apprenant.

Duo dansé et raconté pour les tout-petits sur la thématique du Jeu sous toutes ses formes et une invitation à inter-réagir grâce à un protocole ludique qui emprunte à l’iconographie du jeu de l’oie.

La création s’appuie sur les codes de jeux  (Puzzle, Dominos, Mikado, Kapla…) et ceux de l’art contemporain (Kandinski, Miro, Calder…) pour amener l’enfant à faire, lui aussi, oeuvre.

 

La scénographie évoque des paysages  en constante évolution  avec des chemins signifiés par les objets en bois faits mains.

 

Les enfants seront menés à réaliser des consignes bien précises, à suivre des protocoles, ils pourront y danser une couleur, une forme.

 

Autant de stimuli propres à éveiller leur imaginaire, leur sens de l’initiative et leur capacité à faire des choix. Les différentes situations permettront de se familiariser avec l’univers de la
danse : comment on crée un mouvement, comment l’on compose une danse avec sa musicalité, son espace, son rythme, sa relation à l’autre, à un objet.

Note d’intention

Je suis persuadée de l’impact incroyable de la pratique artistique sur les jeunes enfants. Le temps de la représentation toute une équipe est engagée pour leur offrir un espace de liberté, de choix personnels, de joie.

J’envisage le jeu comme une activité éducative qui contribue au développement sensori-moteur et cognitif de l’enfant et participe à sa sociabilité. Il familiarise l’enfant avec les règles de vie collective, lui apprend à être dans la coopération et réveille les habilités sources de plaisir.
La porosité entre création et transmission a toujours été très présente dans ma démarche.

De ce fait j’ai éprouvé la nécessité de lier ces 2 temps en un même acte artistique, où l’on efface la frontière entre regardeurs et acteurs dans une proposition inclusive où enfants, familles et artistes font équipe.
L’équipe artistique guide mais se place dans l’accompagnement et reste attentive à toute réaction pour faire évoluer une situation si nécessaire. La proximité avec les danseuses aide à la concentration et favorise l’empathie.

Depuis mes débuts en création jeune public, je cherche à amener l’art chorégraphique au plus près de publics éloignés de l’offre culturelle. Je les embarque dans mes aventures pluri-disciplinaires, je teste leur capacité d’attention, je guette leurs réactions spontanées sans filtre.
J’ai pu constater, lors de mes différentes expériences en crèches et écoles maternelles, la capacité des objets scénographiques, créés pour mes projets, à faire lien avec nous et à faire entrer plus facilement les enfants dans l’action sans jugement de valeur.

Pour cette création, j’ai confié la scénographie à l’artiste plasticien / danseur Julien Martinez avec lequel j’ai collaboré lors d’une résidence à la Maison de l’enfance de Saint-Maximin.
Son univers coloré et ludique sera l’écrin parfait pour ma nouvelle création.

Nous proposerons des objets non genrés, de fabrication artisanale essentiellement en bois, que l’on pourra faire rouler, glisser, tourner et assembler pour mettre le corps en jeu. Autant d’invitations à appréhender les matières, le poids, les formes, les tailles des éléments créés par Julien pour acquérir des habilités physiques telles que l’équilibre mais aussi pour exprimer des idées, des stratégies.

Grâce au toucher l’enfant se connecte à ses sensations et au monde qui l’entoure.
 


Christine Fricker


Jean Epstein (psychosociologue) : « L’enfant apprend d’abord en aimant puis en explorant »

Le scénographe


EL MARTINE
Artiste plasticien-danseur


Artiste protéiforme plasticien-danseur et pédagogue vivant entre Montpellier et Barcelone. Sa curiosité artistique l’a mené dans différentes formations, du conservatoire d’art dramatique aux Beaux-arts en passant par les arts graphiques.
Ce n’est que très tardivement qu’il rencontre la danse et intègre le corps dans son activité d’artiste.
Recherches en cours sur les objets scénographiques inter-actifs
Son goût pour l’humour, l’absurde et la culture populaire nourrissent ses pièces imprégnées par la pensée Fluxus.
Comme il le dit si souvent au coin d’une bûche dans un silence jaune : L’humour est un moyen de dilater les gens pour y faire entrer des questions fondamentales de notre temps ». Son art sans complexe, protéiforme est à la croisée de la danse contemporaine et des arts visuels.
Comme vous l’aurez constaté, je parle de moi à la troisième personne du singulier. C’est plus pratique pour faire croire que je suis une personne très intéressante dénuée d’égocentrisme.

el-martine.webp
le-labyrinthe-de-l'oie-cie-itinerrances (1).jpg
le-labyrinthe-de-l'oie-cie-itinerrances (8).jpg

Les objets sont très inspirés du Bauhaus, simplicité, vocabulaire basique et couleurs franches.
J’ai cherché à créer une signalétique minimaliste qui combine les formes basiques et stimule la pensée ludique.

bottom of page